Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 11 décembre 2009

A propos des faux amis...

 

URBVM.jpg
g.r.e.c.e.jpg

 

 

Tout le monde ne doit pas entendre le mot "fédération" comme les membres de l'URBVM. Il ressort de l'invitation ci-dessous, que ce mot s'apparente plutôt chez eux à compromission, confusion; en tout cas manque de formation et de prudence. Manque de formation car associer un auteur apparemment proche de la Nouvelle droite avec la Monarchie c'est associer deux choses contraires, la Monarchie légitime ayant pour Chef le Roi qui est le lieu-tenant de Dieu sur Terre, alors que la Nouvelle droite tendrait plutôt a servir le règne du prince de ce monde par l'exaltation continue du naturalisme, de l'occultisme, des mythes païens qu'elle propage etc       (http://seldelaterre.fr/advanced_search_result.php?osCsid=...). Manque de prudence car collaborer avec des gens proches de la Nouvelle droite, c'est faire entrer le loup dans la bergerie, en leur donnant une entrée dans les milieux Catholiques, qui, s'ils ne sont pas prévenus, risquent de ne pas faire attention à l'idéologie anti-catholique propagée, plus ou moins insidieusement, par les héritiers du GRECE.

Ainsi, formez vous sur l'EXTREME DANGER que représente la Nouvelle droite, et surtout, formez vous politiquement chez les VRAIS royalistes, les légitimistes!

http://www.viveleroy.fr/

http://www.uclf.org/

 

 

Union Royaliste

Bretagne - Vendée Militaire

Royalisme doit apparaître comme un mot qui fédère (B.P.)

http://unionroyalistebvm.over-blog.com/

 

 

Les Conférences de l’URBVM

L’URBVM vous invite à la conférence- cocktail de Thierry Jolif :

le Pouvoir royal chez les Celtes

Thierry JOLIF.

Thierry Jolif,  36 ans, chanteur et auteur breton, créateur de la “cyberevue” bretonne Nominoë et du blog Tropinka, a étudié la civilisation celtique, le breton et l’irlandais à l’Université de Haute-Bretagne. Il a étudié la civilisation celtique  dans ses aspects  préchrétiens et  chrétiens  dans les domaines de la religion, les arts :  musique et  poésie. Il est l’auteur de Mythologie celtique, Tradition celtique, Symboles celtiques et Les Druides dans la collection B-A. BA. des éditions Pardès.

Orthodoxe, ayant étudié la théologie, il s’est particulièrement penché sur les aspects théologiques, mystiques et ésotériques du Graal, ainsi que sur l’étude du symbolisme chrétien, de l’écossisme maçonnique, de la philosophie religieuse russe et de l'histoire et de la mystique de l'empire «byzantin», il est actuellement le directeur de deux collections des éditions AVATAR (Orientations et Tropinka). T. Jolif a également dirigé les ouvrages collectifs : Evola, envers et contre tous !, Que vous a apporté René Guénon ? (avec David Gattegno) et Être royaliste, aux éditions Dualpha.

Thierry Jolif a fondé et animé pendant plus de dix ans l’ensemble musical  Lonsai Maïkov. Il collabore a plusieurs revues aux Etats Unis et en Europe.

Ainsi, pour en savoir plus sur la Nouvelle droite, nous vous proposons une étude aussi brève que fondamentale, que vous pouvez télécharger ici, et dont voici un extrait:

 

"Les études sur cette société de pensée apparue publiquement en 1968, ne manquent pas. Nous avons constaté cependant que nombre de légitimistes n'ont encore qu'une vague idée des thèses qu'elle propage. Le nom même de Nouvelle Droite lui vaut, à priori, une aura de sympathie tant dans les milieux conservateurs de droite que chez les traditionalistes. Est-ce pour cette raison, pour mieux subvertir la droite traditionnelle, que ses maîtres à penser ont adopté ce nouveau nom utilisé au même titre que le nom d'origine : G.R.E.C.E.(Groupement de Recherche et d'Etude pour la Civilisation Européenne) ? Force est de constater que ce sigle correspond bien à la stratégie du G.R.E.C.E. qui "se pose en défenseur d'un certain nombre de vraies valeurs tout en développant des contre-valeurs opposées. Processus d'une logique discutable mais psychologiquement efficace". ( "La Nouvelle Droite" p. 43, brochure éditée le 1/9/92 par "Action Familiale et Scolaire" (Les citations suivantes extraites des journaux de G.R.E.C.E. ont été relevées, pour plusieurs, dans cette brochure d' Action Familiale et Scolaire ou dans Permanences N° 101, juin, juillet 1973)

En effet, le grand danger de la Nouvelle Droite ne réside pas dans l'exposé brutal de ses idées réelles; l'analyse qui suit vous en convaincra sans doute. Il découle plus sûrement de l'art du camouflage que ses responsables pratiquent avec une grande habileté. Les militants et beaucoup de responsables régionaux des mouvements sur lesquels s'exerce profondément l'influence du G.R.E.C.E. ne voient pas l'opposition radicale entre leurs convictions chrétiennes et les positions défendues par les membres (connus) de la Nouvelle Droite ou bien, s'ils la devinent, ils minimisent le rôle de cette société de pensée dans leur mouvement. (…)

 

Inviter des membres de ce conseil à une manifestation légitimiste, c'est courir le risque d'introduire le loup dans la bergerie. Nos adversaires n'ont pas besoin de cette aide; ils savent diffuser discrètement leur propagande dans nos milieux en y vendant des revues telles que Enquêtes sur l'histoire (ou la Nouvelle Revue d'Histoire NDLR) (trimestrielle, contrôlée par le G.R.E.C.E.). Nous déplorons encore davantage la caution que des auteurs catholiques renommés comme Jean Madiran leurs apportent en participant à des colloques organisés par le Club de l'Horloge ou à des cycles de conférences dont plusieurs sont prises en charge par des membres de la Nouvelle Droite.

 

Trop de dirigeants, trop de légitimistes, obsédés par le problème du nombre, entrevoient le salut dans des alliances autour de thèmes oecuméniques comme la défense de la Nation. D'une part, ces larges unions ne peuvent s'opérer qu'au prix d'une amputation désastreuse de notre doctrine et, d'autre part, elles facilitent grandement la gangrène de nos milieux par les théories révolutionnaires."

 

 

Nous mettons aussi à votre disposition un et peut être plusieurs autres documents en téléchargement, tant il nous apparaît qu'à l'heure actuelle le danger de la Nouvelle droite est aussi important qu'il est méconnu et /ou ignoré.

-A propos de la maison d'édition/librairie l'Aencre (extrait de la Blanche Hermine n° 5, mars-avril 1998, organe d'information de la Fédération Bretonne Légitimiste, "correspondante exclusive pour la Bretagne de l'UCLF)

13:55 Publié dans Gnose | Lien permanent | Commentaires (3)

dimanche, 18 octobre 2009

Le chemin du Ciel

"Tu m'a montré le chemin d'Ars, je te montrerai le chemin du Ciel..."

C'est par cette belle formule que Saint Jean-Marie Vianney remercia Antoine Givre, jeune berger qui le renseigna, au moment où de son arrivée dans un petit village de la région lyonnaise, qui sera célèbre grâce à lui.

Le Vatican, à l'occasion du 150ème anniversaire de la mort du Saint Curé, nous incite à cheminer vers le Ciel, en se mettant à son école. Ainsi, outre le fait que nous pouvons l'invoquer pour les vocations dont le monde a tant besoin, nous devons surtout profiter des indulgences mises à notre disposition par le Saint-Siège, dans le cadre de l'année sacerdotale (19 juin 2009-19 juin 2010):

 


 

"Pour obtenir ce fruit tant désiré, le don des Sacrées Indulgences, que la Pénitencerie Apostolique prodigue avec bienveillance pour le temps de l’Année sacerdotale, sera très utile ; le présent Décret est émis conformément à la volonté du Souverain Pontife:

 

A. – L’indulgence plénière, applicable également aux confrères défunts sous forme de suffrage, est accordée miséricordieusement dans le Seigneur aux prêtres vraiment pénitents qui, n'importe quel jour, réciteront dévotement au moins les Laudes ou les Vêpres devant le Très-Saint-Sacrement exposé à l’adoration publique ou reposé au tabernacle, et qui, à l'exemple de Saint Jean-Marie Vianney, se proposeront avec disponibilité et générosité pour célébrer les sacrements, spécialement celui de la Pénitence ; conformément aux dispositions en vigueur, ils devront en outre faire la confession sacramentelle, s’approcher du Banquet eucharistique et prier selon les intentions du Souverain Pontife.

 

L'Indulgence partielle, également applicable aux confrères défunts, est encore accordée aux prêtres chaque fois qu’ils réciteront avec dévotion des prières légitimement approuvées pour mener une vie sainte et pour s'acquitter saintement des sacra munera qui leur sont confiés.

B. - L'Indulgence plénière est accordée à tous les fidèles vraiment pénitents qui assisteront avec dévotion au divin Sacrifice de la Messe dans une église ou un oratoire, et qui offriront à Jésus-Christ Prêtre Souverain et Éternel, pour les prêtres de l'Eglise, des prières et n'importe quelle bonne oeuvre accomplie ce jour-là, pour qu'Il les sanctifie et les modèle selon Son cœur, du moment qu’ils auront expié leurs péchés par la pénitence sacramentelle et qu’ils auront prié selon les intentions du Souverain Pontife ; cette concession vaut aux dates de l’ouverture et de la fermeture de l'Année Sacerdotale, le jour du 150° anniversaire du pieux trépas de Saint Jean-Marie Vianney, le premier jeudi du mois ou en quelque autre jour désigné par les Ordinaires des lieux pour l'utilité des fidèles.

 

Il sera très opportun que, dans les églises cathédrales et paroissiales, ce soient les prêtres chargés de la cura patorali qui dirigent publiquement ces exercices de piété, qui célèbrent la Sainte Messe et reçoivent les confessions des fidèles.

 

L’Indulgence plénière est également accordée, dans leur maison ou là où leur empêchement les retient, aux personnes âgées, aux malades et à ceux qui, pour des motifs légitimes, ne peuvent pas quitter leur domicile, et qui, ayant conçu une détestation de tout péché et ayant l'intention de s'acquitter dés que possible des trois conditions habituelles, réciteront aux jours ci-dessus déterminés, des prières pour la sanctification des prêtres, et offriront avec confiance à Dieu, à travers Marie Reine des Apôtres, les maladies et les difficultés de leur vie.

 

L'Indulgence partielle est enfin accordée à tous les fidèles chaque fois qu’ils réciteront avec dévotion cinq Notre Père, Je vous salue Marie et Gloire soit au Père, ou une autre prière approuvée à cette fin, en l’honneur du Sacré-Coeur de Jésus, pour obtenir que les prêtres conservent la pureté et la sainteté de leur vie.

Ce présent Décret est valable pour toute la durée de l'Année Sacerdotale. Nonobstant toutes dispositions contraires.

 

Donné à Rome, au siège de la Pénitencerie Apostolique, le 25 avril fête de Saint Marc Évangéliste, en l'an 2009 de l'Incarnation du Seigneur.

" (source: Vatican)


"L'Indulgence, qui est la rémission totale ou partielle devant Dieu de la peine temporelle encourue en raison d'un péché déjà pardonné, peut être appliquée à soi ou à l'intention de l'âme d'un défunt. Dans tous les cas — indulgence plénière ou partielle —, le fidèle doit être en « état de grâce ».

Pour l'indulgence plénière, dont l'obtention est limitée à une fois par jour, il doit :

  • avoir le désir de gagner l'indulgence,
  • se détacher complètement du péché, même véniel,
  • se confesser dans les huit jours (avant ou après l'indulgence),
  • communier le jour même,
  • prier selon les intentions indiquées par le pape, ou prier aux intentions du pape,
  • accomplir l'action à laquelle est attachée l'indulgence dans le temps prescrit (si l'indulgence est attachée à un jour ou une période particuliers).

Si ces actions ne sont que partiellement remplies, ou que le fidèle n'a pas les dispositions du cœur requises, l'Indulgence n'est que partielle.

Il est également rappelé que l'Indulgence ne peut être appliquée qu'à soi-même ou aux « âmes du Purgatoire » (par mode de suffrage), et non à d'autres personnes vivantes." (source: wikipédia)

 

ars2.jpg

 

 

 

mardi, 01 septembre 2009

Actualités militantes

 

230720091509.jpg

Après l'excellente Université d'été de l'UCLF, où les participants ont pu se former, prier et se détendre, tout en nouant des contacts à travers la France, deux événements sont à signaler pour le mois de septembre.

Tout d'abord les Journées Chouannes organisées par la maison d'éditions SA DPF, à Chiré-en-Montreuil, constituent le rendez-vous littéraire et contrerévolutionnaire incontournable de la rentrée.

De nombreux auteurs présenteront et dédicaceront leurs livres, des conférences seront proposées, durant le week-end du 5 et 6 septembre. Une Messe solennelle sera célébrée le dimanche, et les festivités se poursuivront jusqu'en fin de journée (vers 18h30).

 

Chiré.gif

 

Puis, le dernier week-end de septembre, aura lieu le traditionnel pèlerinage légitimiste, organisé par l'UCLF et la Fédération Bretonne Légitimiste, entre Vannes et Sainte Anne d'Auray, jusqu'au monument du Comte de Chambord. Une Messe et diverses activités sont prévues pour le dimanche.

 

 

 

chambordB.jpg

Bonne rentrée à tous!

Camillo

16:47 Publié dans Annonces | Lien permanent | Commentaires (2)

lundi, 11 mai 2009

Manifeste légitimiste (III)

 

L’AUTORITE DANS L’INSTITUTION MONARCHIQUE : CARACTERES ET TRANSMISSION

INTRODUCTION

L’étude des systèmes politiques pourrait suivre une classification historique, philosophique, géographique ou autre. Ce ne sont pourtant pas ces critères qui ont été retenus par les auteurs. Ces classifications n’auraient en fait aucun sens. Monarchie, démocratie, oligarchie, tyrannie, gérontocratie etc : cette classification reprise par tous les auteurs repose sur la forme revêtue par l’autorité.

C’est dire l’importance de l’autorité et de la forme qu’elle revêt pour la compréhension d’un régime politique. Il est donc nécessaire d’étudier non seulement la forme, qui permet de comparer un régime aux autres, mais surtout l’origine et les caractères de cette autorité, car c’est selon eux que la forme à été choisie.

Nous nous attacherons donc à mettre en évidence le lien très étroit entre la conception de l’autorité et les institutions mises en place dans l’ancien régime. Il est une expression relative à la conception de l’autorité sous l’ancien régime dont l’importance est révélée par les polémiques qu’elle suscite encore : c’est l’expression “pouvoir absolu de droit divin”, interprétée de diverses manières aussi bien par ceux qui la dénonçaient que par ceux qui la défendaient. Or il est nécessaire de comprendre cette définition si l’on veut comprendre la monarchie Très-Chrétienne qui y trouve son origine. “Comprendre” dans le sens de “prendre avec” , c’est-à-dire prendre parti. Que ce soit pour défendre ou attaquer. Car c’est bien dans ce cadre que nous travaillons.

(Pour télécharger l'étude complète, cliquez ici)

11:04 Publié dans Monarchie | Lien permanent | Commentaires (0)