Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 30 avril 2009

Vers un ordre social chrétien (IV)

V - DE L’ESPRIT D’UNE LEGISLATION CHRETIENNE
DU TRAVAIL

 

I - Peut-il y avoir une législation chrétienne du travail ?


Oui, sans doute, s’il y a une justice sociale chrétienne, un droit social chrétien, que cette législation ait pour objet de définir et de protéger dans le contrat de travail.

Non, si l’on ne voit avec l’Ecole classique dans l’expression de Justice sociale qu’un « néologisme qui cache le vague de la pensée sous l’impropriété des termes » ; — « qu’un mot qui n’a point de sens ». — Non, si l’on prend pour point de départ de l’étude de cette législation la conviction « qu’il n’y a pas de justice sociale ou particulière, et que si l’on parle quelquefois de justice légale, c’est une manière de qualifier l’injustice
En restreignant ainsi l’idée de justice à celle de la justice commutative, on dit alors fort logiquement que la société ne doit rien aux pauvres, «une obligation de charité ne pouvant jamais devenir une obligation de justice », et l’on donne l’exemple suivant de l’application de ces principes : « Rome ancienne possédait une notion très exacte de ce que réclame la justice dans les relations des hommes, et cependant elle envoyait les esclaves malades ou infirmes mourir dans une île du Tibre. Si elle connaissait la justice, elle ignorait la charité.
»
Elle estimait, sans doute, comme l’auteur lui-même de cette appréciation le pose en thèse quelques lignes plus haut, que « la société ne doit rien aux pauvres ».

Eh bien, j’en demande pardon aux juristes dont j’ai reproduit ici le langage récent, ceci est la justice sociale païenne, ce n’est pas la justice sociale chrétienne, car, dans le christianisme, la charité n’est pas de conseil, elle est de précepte. « Si votre justice n’est pas plus parfaite que celle des docteurs de la loi et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux », a dit Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Et comme un de ces docteurs lui demandait quel était le plus grand commandement, il le lui dit et ajouta « Voici le second qui lui est semblable : vous aimerez votre prochain comme vous-même; c’est dans ces deux commandements que sont renfermés toute la loi et les prophètes. »

Voilà donc bien l’esprit de la loi chrétienne, voilà le principe de la justice sociale chrétienne.

(Pour lire la suite, cliquez ici)

23:33 Publié dans Monarchie | Lien permanent | Commentaires (0)