Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 30 mars 2009

L'Islam

1- Les Origines

 

Depuis le début de l'ère chrétienne, le Proche-Orient a été le champ de la lutte séculaire entre l'Empire romain et le Royaume perse, que les romains n'ont jamais pu abattre. Dans cette guerre, les Romains ont utilisé les Arabes qu'ils ont incorporés comme auxiliaires dans leurs légions. Les rois des Perses sassanides ont fait de même. Ainsi, il y avait des tribus arabes installées en Syrie, en Palestine et en Egypte. En Outre-Jourdain, c'était les Nabatéens, qui protégeaient les territoires romains contre les autres tribus arabes nomades. Ces arabes se convertirent au christianisme. C'était la situation au VIIème siècle.

A cette époque, l'affaiblissement des Romains et des Perses permit aux tribus arabes christianisées de Syrie, Palestine, Egypte et Mésopotamie de prendre leur indépendance. Il en fut de même en Perse.

La rédaction du Coran date de cette époque. Le Coran était destiné à détourner les Arabes de l'adoration du CHRIST et de les ramener au judaïsme de MOISE, le CHRIST n'étant qu'un prophète successeur de MOISE.

Le Coran a été écrit en Syrie par un moine chrétien judaïsant pour les Arabes de Syrie. Il n'y a aucun rapport avec l'Arabie, la Mecque ou Médine. L'auteur était un homme érudit, connaissant à fond l'hébreu, l'araméen et le grec. Il a aussi créé, à partir de l'arabe parlé, une langue écrite.

Au cours des siècles suivants, les chrétiens d'Orient ont toujours considéré les musulmans comme des chrétiens hérétiques, qu'ils appelaient les Maures (Mauritanie) et Sarrazins ou Saracènes (Syrie), mais jamais arabes. Même DANTE au XIVème siècle, place MAHOMET parmi les chrétiens hérétiques.

Lors de la conquête du bassin méditerranéen, les Arabes étaient une infime minorité dans les conquérants islamiques, composés de Berbères, de Touaregs, de Slaves et d'anciens esclaves d'Europe Centrale. Les populations paysannes ou montagnardes ont résisté à l'invasion de l'islam, comme les fellahs d'Egypte ou les Kabyles.

L'existence de MAHOMET est longtemps restée inconnue des populations converties. Ce sont les musulmans du IXème siècle, qui imaginèrent le prophète MAHOMET, pour distinguer l'islam du courant manichéen et en faire une religion révélée.

 

2- Les thèses gnostiques dans le Coran

 

L'islam est une dérivation de la gnose judéo-chrétienne. L'auteur du Coran appartenait à une communauté dérivée des ébonites qui niaient la divinité du CHRIST et restaient attachés au mosaïsme. Pour lui, JESUS n'est qu'un prophète. Ses sources sont les ouvrages apocryphes, rejetés par l'Eglise chrétienne (l'Evangile de l'enfance, le proto-évangile de JACQUES LE MINEUR, l'Evangile de THOMAS, l'Evangile du pseudo MATTHIEU, le livre des Jubilés, etc...)

L'auteur affirme que MARIE, mère de JESUS, était la soeur de MOISE. Elle était vierge. JESUS n'était donc que le neveu de MOISE. Mais cela n'empêche pas l'Islam de haïr la Sainte Vierge, et en conséquence de ravaler la femme à un rang inférieur.

Pour le Coran, les chrétiens sont des associateurs, puisqu'ils associent JESUS à DIEU, des polythéistes, puisqu'ils adorent trois dieux, des idolâtres puisqu'ils font de JESUS une idole et des infidèles puisqu'ils refusent de suivre la loi de MOISE. On lit par exemple, dans les sourates : "Tuez les polythéistes". JESUS n'a pas été crucifié et n'est donc pas le Sauveur. Il n'est mort qu'en apparence (c'est le docétisme). Un homme lui ressemblant a été mis à sa place mais cette élévation n'est pas celle des chrétiens. Le CHRIST a simplement passé la limite, à travers les 7 cieux, où se trouve l'horizon supérieur.

On peut lire encore : "les infidèles ne sont que des impuretés immondes. Qui croit à la Trinité est impur au même titre que l'excrément et l'urine".

Le peuple juif reste le peuple élu. Il ne faut pas convertir les peuples d'Orient au judaïsme. Il faut les préparer à vivre suivant la loi de MOISE, mais sans rituel. Les musulmans se contentent d'adorer et de prier DIEU. Les mosquées sont vides de toute présence de la divinité. Les musulmans prient en attendant le retour de DIEU à Jérusalem. C'est une religion d'attente. Les thèmes gnostiques du Coran ne sont pas passés dans la pratique religieuse, car ils restent ésotériques,réservés aux initiés.

L'auteur est opposé aux juifs qui ont suivi les rabbins persécuteurs de JESUS : ils ont brisé la succession des prophètes. Cet auteur est probablement OMMAYA. On a aussi cité d'autres noms. Après sa mort, ses disciples, les seigneurs musulmans de Syrie, ont utilisé le Coran comme un outil d'asservissement des peuples. Tout ce qui précède montre clairement que l'islam n'est pas une religion révélée. On retrouve les thèses gnostiques chez les soufis, qui sont des mystiques contemplatifs. Ils utilisent une double doctrine, l'ésotérique pour les initiés, et l'exotérique pour le vulgaire. On peut résumer leur enseignement en 9 points :

            - Dieu seul existe. Il est dans tout, tout est en lui et tout est lui-même.

            - Tous les êtres en sont une émanation.

            - Les soufis ne sont pas assujettis à la loi extérieure. Tous les dogmes sont des allégories.

            - Les religions sont indifférentes. La religion musulmane est plus avantageuse pour arriver à la réalité.

            - Il n'y a pas de différence entre le bien et le mal.

            - C'est DIEU qui détermine la volonté de l'homme qui n'est donc pas libre.

            - L'âme préexiste au corps et y est enfermée comme dans une prison. La mort est le voeu des soufis, puisqu'elle permet de rentrer dans le sein de la divinité.

            - C'est par la métempsychose que les âmes sont purifiées.

La principale occupation des soufis est de s'avancer dans les divers degrés de la perfection spirituelle, afin de s'unir à Dieu. Les soufis ont repris la position accroupie des moines bouddhistes pour méditer. Les derviches tourneurs poussent des hurlements rauques et prolongés, inhumains. Cet emportement qui se prétend mystique est en fait bestial. Cela n'a rien à voir avec la spiritualisation du corps par la prière et la méditation des moines chrétiens. C'est une contrefaçon diabolique de la mystique chrétienne.

Il existe d'autres communautés gnostiques anciennes comme les Druzes, les Ansariés, et les Yésidis, mais qui ont perdu aujourd'hui le sens de leur ancienne doctrine et méprisent l'islam et les chrétiens.

 

3- Principales caractéristiques de l'islam

 

La charia

Il n'y a pas de séparation entre la religion et la vie temporelle. Le Coran est censé tout règler et même contenir les connaissances scientifiques. De ce fait, le spirituel annihile le temporel et vice-versa. Il ne subsiste que SATAN , maître du monde. La volonté de DIEU ne s'exprime plus par la loi naturelle, mais par la Charia. Cette loi est reçue sans liberté et observée sans conscience.Il n'y a plus d'idéal, de sens de l'effort, mais un formalisme sans âme. On doit se soumettre sans discuter à la volonté d'ALLAH. Aimer DIEU est un blasphème : le mystique AL-HALLAJ au XIème siècle qui enseignait l'amour de DIEU fut supplicié.

La religion est de ce fait hégémonique. En dehors de l'islam, aucun statut légal n'est possible. Les non-musulmans sont des étrangers ou des ennemis tolérés tant qu'ils servent, humiliés dans la Dhimmitude et payant tribut. La Dhimmitude a pour  vraie finalité d'inciter les fidèles à se convertir à l'islam. De ce fait elle a entrainé des conversions massives de juifs et de chrétiens, et a vidé le monde arabe de ses chrétiens. Elle décourage aussi le musulman de se convertir, ce qui lui est d'ailleurs interdit, car l'apostasie est un crime passible de la mort.

L'islam distingue le Dar El Islam, la maison de l'Islam, les territoires où règne la Charia, qui s'oppose au Dar El Harb, la maison de la guerre, territoire à islamiser y compris par le violence : "la guerre contre les infidèles est d'obligation divine".

Dès qu'un musulman pose son pied sur un sol, tout le territoire appartient à l'Islam de fait et de droit. Il garde sa citoyenneté musulmane et la loi coranique. Il ne se soumet pas de bon gré à une loi non-islamique. Il doit tout faire pour obtenir un régime dérogatoire, ou s'emparer du pouvoir dès qu'il devient majoritaire. Son intégration est donc une totale utopie. La modération n'est qu'une étape, la trêve une tactique et le djihad (guerre sainte) le moyen d'épanouissement de l'islam.

Les relations homme-femme

En ce qui concerne les relations de l'homme avec la femme, le Coran considère la femme comme inférieure à l'homme par décrêt divin. On est donc loi de la conception chrétienne où l'homme et la femme sont égaux en dignité.

Le Coran donne une importance obsessionnelle à la sexualité qui est une fonction sacrée, même pour les religieux. Le Coran prohibe le célibat et exalte la vie amoureuse : "Coïtez et procréez".

La vocation de la femme est la maternité. Au Paradis, les hommes jouissent sans fin de femmes exceptionnelles. Mais le sort final des femmes semble être essentiellement l'Enfer : "L'Enfer est surtout peuplé de femmes". L'union est donc avant tout un acte charnel, sans dimension spirituelle, car le Coran est misogyne. "La femme est un mal nécessaire". Le mari a le droit de répudiation et peut pratiquer la polygamie. Par contre, l'adultère est un crime. L'avortement a une existence légale. Toutes ces pratiques sont des sources d'instabilité permanentes de la famille.

L'islam et le christianisme

L'islam n'est pas une religion révélée. Son Dieu n'a rien à voir avec le DIEU des chrétiens, qui d'après Saint JEAN est un dieu d'amour. Dans le Coran, l'amour de DIEU par l'homme consiste à récompenser son obéissance, et l'amour de l'homme consiste à lui obéir. L'amour de DIEU est donc toujours mis en parallèle avec un non-amour. Il n'a donc rien à voir avec le DIEU miséricordieux des chrétiens. Pour le Coran, la miséricorde ne signifie pas un amour prêt à faire grâce à qui l'implore. DIEU ne l'exerce que quand il veut envers qui il veut. Il n'y a donc pas de péché au sens chrétien.

L'ABRAHAM du Coran n'a rien à voir non plus avec celui de la Bible. Il aurait avec son fils ISMAEL, fondé le sanctuaire de la Mecque, ce qui est historiquement faux.

Le JESUS du Coran, qui n'est qu'un prophète, est en fait un gnostique. Donc, là encore, rien à voir avec le JESUS des chrétiens.

En conclusion, malgré des ressemblances formelles avec le christianisme, l'islam est, sur le fond, profondément différent du christianisme et irréductible à celui-ci.

En outre, d'après E. Couvert, le fondateur supposé de l'islam, MAHOMET qui prétend avoir eu des révélations, n'est même pas historique. Mais s'il l'était, la vie dissolue qu'il a menée et les moyens violents qu'il a utilisés, montreraient qu'il n'a pas pu avoir été investi d'une mission divine.

D'après ce qui  précède, on ne peut que s'étonner de l'erreur de jugement du président des U.S.A. : "les valeurs musulmanes sont des valeurs universelles que nous partageons tous. L'islam peut être une puissance forte au service de la tolérance et de la modération dans le monde". Que penser alors du terrorisme islamique ?

De même, certaines personnes déclarent que les chrétiens et les musulmans "s'efforcent de mettre en pratique la volonté de DIEU suivant l'enseignement de leurs livres saints respectifs". Ceci est en totale contradiction avec le fait que le Coran n'est pas un livre inspiré par DIEU et qu'il ne respecte pas la dignité humaine.

 

4- Le rôle historique de l'Islam

 

Son expansion autour de la Méditerranée a provoqué une coupure radicale entre l'Europe chrétienne et l'Orient.

Auparavant, les relations étaient nombreuses et le commerce florissant. Après, on constate la disparition des grandes routes commerciales, le repliement des populations autour des châteaux forts, et l'émiettement de l'autorité politique.

Avant l'Islam, tous les peuples participaient à une même civilisation gréco-latine et furent tous christianisés à la même époque. Il en résultait une unité remarquable. 

En Orient, à l'arrivée de l'Islam, il se produisit un émiettement de l'autorité politique. Les Arabes furent incapables de créer un grand empire. Après avoir détruit l'administration romaine, ils constituèrent des principautés féodales, comme en occident. Une unité culturelle se réalise grâce à une langue arabe qui se substitue au latin, au grec, à l'araméen, etc... Mais la langue arabe coupa le monde musulman du monde chrétien. Il en résulta une pseudo-culture arabe, caractérisée par l'analphabétisme, l'abrutissement des esprits, le mépris de l'activité intellectuelle, l'inaptitude au progrès moral et spirituel. D'où une civilisation sclérosée et le recours aux esclaves chrétiens pour développer le luxe et l'art. L'Islam a joué sans cesse un rôle destructeur.

La différence de langue provoqua une hostilité définitive et la guerre religieuse ininterrompue entre les deux mondes. Aussi le monde musulman, malgré les croisades, a totalement échappé à l'influence occidentale et chrétienne. Par contre, la gnose pénétra en Occident par la Sicile et l'Espagne.

 

5- L'Islam aujourd'hui

 

Aujourd'hui, l'Europe  baisse les bras devant l'immigration islamique et construit même des mosquées à Rome et Aix la Chapelle. Et on voit les U.S.A. soutenir les islamiques contre l'Europe.

Cette impuissance de l'Occident, devant un système religieux des plus médiocres, est due à la disparition de la Foi chrétienne. J. HOURS cite l'opinion d'un musulman algérien, parlant à un ami chrétien au début de 1962 : "vous avez eu tort de ne pas nous imposer votre christianisme. Si vous l'aviez fait, nous ne formerions avec vous, qu'un seul peuple. Mais vous n'avez pas eu la Foi suffisante pour le faire, et le mal est aujourd'hui sans  remède".

Pour terminer, citons des extraits du témoignage d'un musulman converti, né en Algérie et habitant en France, rapporté par A. LAURENT :

            "Je rends grâce à DIEU d'avoir été instruit de la Foi chrétienne dans la Tradition, car sans cela, je n'aurais sans doute pas été attiré par le christianisme. La tiédeur nous répugne. Or aujourd'hui, l'Eglise catholique tait l'intégrité de la vérité. Mais la charité impose de toujours dire la vérité, car le mal reste le mal.

            "Je ne comprends pas l'attitude de la France. Elle néglige de transmettre son précieux héritage spirituel. Beaucoup de chrétiens ne font pas leur devoir de chrétiens. L'un de mes neveux musulman a émis cette terrible remarque : les chrétiens possèdent la vérité, ils ne veulent pas la partager.

            "Je le réaffirme : seule la religion catholique enseigne la vérité qui rend libre."

 

 

 

 

            *******************************************

 

Pour aller plus loin :

 

-          Etienne Couvert, La Gnose Universelle (Editions de Chiré)

-          Etienne Couvert, La vérité sur les manuscrits de la Mer morte (Editions de Chiré)

-          M. Alcader, Le vrai visage de l’Islam (Editions Saint Joseph)

-          André Frament, L’Islam(isme) aujourd’hui (AFS)

-          E. Pertus, Connaissance élémentaire de l’Islam (AFS)

-          Abbé Joseph Bertuel, L’Islam, ses véritables origines (NEL)

-          Hanna ZAKARIAS, De Moïse à Mohammed ; L'Islam entreprise juive (Editions Saint-Remi)

 

(Tous ces ouvrages peuvent être commandés à l’adresse suivante : SA DPF, BP 1 86190 CHIRE EN MONTREUIL)

14:02 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (2)