Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 24 novembre 2011

Offre exceptionnelle !

Nous vous transmettons ici l'offre exceptionnelle proposée par le site historique et littéraire "La Dernière Bataille", concernant l'abonnement gratuit à leur revue.

Une offre à ne pas manquer!

 
Chers lecteurs,
 
Nous vous proposons un abonnement gratuit à notre revue.
 
Cette offre exceptionnelle est limitée dans le temps: abonnez vous donc sans tarder pour pouvoir en profiter.
 
N'hésitez pas, par ailleurs à en parler autour de vous, pour en faire bénéficier les personnes susceptibles d'être intéressées.
 
 
Pour nos nouveaux lecteurs, nous précisons que La Nouvelle Bataille est une revue contre-révolutionnaire s’intéressant principalement à l’histoire et à la littérature.
 
Nous espérons que cela vous donnera satisfaction, et que notre « offensive » donnera, autant que faire ce peut, le goût de la lecture, aux jeunes générations trop souvent tentées par la mollesse et l’esprit de facilité.
 
La Rédaction
 
Pour profiter de cet abonnement gratuit: La Dernière Bataille

jeudi, 02 septembre 2010

Etat des lieux de la chapelle du Cimetière des Martyrs de Vezins

 

Voici dans quel état se trouve la chapelle du Cimetière des Martyrs, après le saccage de la semaine dernière (photographies du 1er septembre 2010) :

56637743_p.jpg

 

L'intérieur de la chapelle. 

56637776_p.jpg

Les dalles funéraires brisées.

 

 

L'oratoire derrière la chapelle, dévasté lui aussi. Devant la porte gisent des restes de bancs.

 

 

56637885_p.jpg

 

L'intérieur de l'oratoire. Au sol, les débris des statues et des ex-voto.

Source : http://guerredevendee.canalblog.com/archives/actualite/in...

Article publié sur Légitimité infos

 

56637810_p.jpg

jeudi, 22 juillet 2010

L'église d'Echillais (17) a été profanée par des vandales à moto

Des indices laissent penser que les vandales sont entrés à moto dans ce chef d'œuvre de l'art roman.

Un enfer souillé de mégots et de traces de pneus de scooters, faisant de cette nef moyenâgeuse un véritable circuit de motocross.

Le bénitier a été jeté hors du monument, l'harmonium brisé et amputé de ses touches. Mais surtout, le christ en croix du XVIIe siècle gisant au milieu du chœur, a été littéralement démantibulé.

S'il faut bien avouer que les détails de cette triste scène laissent davantage imaginer un concours d'imbécillités que l'œuvre préméditée d'un groupuscule sataniste, les gendarmes ont tout de même passé l'église au peigne fin, à la recherche d'indices ou d'empreintes laissés par les vandales. « Les faits se sont déroulés dimanche après-midi, à un moment où le bistrot est fermé et les alentours totalement déserts, il n'y a donc pas de témoin », explique l'un d'entre eux.

Source : http://www.sudouest.fr/2010/07/21/l-eglise-a-ete-profanee-143724-1336.php

Publié sur le blog du Christ Roi

mercredi, 23 juin 2010

Découverte à Rome des représentations les plus anciennes des apôtres


Les plus anciennes représentations des apôtres Pierre, Paul, Jean et André ont été découvertes à Rome dans les catacombes de sainte Thècle, un "caveau" situé à proximité de la basilique Saint-Paul-hors-les-Murs.

Cette découverte, révélée au bout de deux ans de recherches et annoncée l'an dernier par L'Osservatore Romano, a été présentée officiellement le 22 juin 2010 lors d'une conférence de presse présidée par Mgr Gianfranco Ravasi, président de la Commission pontificale d'archéologie sacrée et du Conseil pontifical pour la culture.

Les catacombes de sainte Thècle sont situées sur la via Ostiense, dans le sud de la ville de Rome, à 500 mètres de la basilique Saint-Paul-hors-les-Murs.

Les découvertes

Les représentations des apôtres ont été nettoyées au laser. C'est la première fois que cette technologie était utilisée par des restaurateurs dans un lieu aussi étroit et extrêmement humide.

Barbara Mizzei, responsable des travaux de restauration, a expliqué que cette découverte a été faite « à un moment particulier » où il n'y avait « aucune situation d'urgence ». Elle a expliqué que la couche de chaux qui couvrait les visages des apôtres « a été enlevée sans toucher à la pellicule picturale ». En effet, l'humidité a permis au laser de « toucher la couche comprimée de chaux » qui « se transformait et se vaporisait en provoquant une sorte de petite explosion qui entraînait le détachement ».

Contexte historique

Il semblerait que le cubiculum dans lequel ont été découvertes les représentations des apôtres ait servi de tombe à une femme apparemment noble, de l'aristocratie romaine, qui vécut à la fin du IVe siècle, à l'époque où l'on faisait à Rome les dernières tentatives pour défendre le paganisme, au temps de l'empereur Théodose.

Plusieurs dizaines d'années s'étaient écoulées depuis que l'empereur Constantin avait accepté le christianisme comme religion officielle de l'Empire [Ndlr. Edit de Milan, 313, qui donne la liberté de culte aux chrétiens]. C'était l'époque où la foi était arrivée aux niveaux les plus élevés de la hiérarchie de l'Empire romain. Les femmes pieuses et les vierges de l'aristocratie romaine promirent un culte aux martyrs et aux apôtres, à l'époque du pape Damase I (366-384).

Selon Mgr Ravasi, la présence des apôtres dans ce sépulcre « évoque une sorte de dévotion et de protectorat alternatif par rapport à celui des martyrs romains qui apparaissaient de toute façon dans les tombes des familles ».

Mgr Giovanni Carrú, secrétaire de la Commission pontificale d'archéologie sacrée a souligné que ces travaux « ont redonné aussi bien aux experts qu'aux visiteurs, un patrimoine iconographique très important pour reconstruire l'histoire de la communauté des chrétiens de Rome qui, à travers les peintures qui décorent leurs cimetières, expriment leur culture, leur civilisation et leur foi ».

La Commission pontificale d'archéologie sacrée fut instituée par le pape Pie IX en 1925. Elle se consacre à la conservation des catacombes chrétiennes, à la restauration des oeuvres et aux fouilles. Depuis une vingtaine d'années elle soutient un projet de récupération du patrimoine pictural conservé dans les catacombes.

L'activité de cet organisme du Vatican a contribué à récupérer et connaître en profondeur les catacombes chrétiennes d'Italie ainsi qu'à valoriser un patrimoine culturel et religieux qui témoigne de la vie du christianisme depuis ses origines.

Source: Christ Roi

mercredi, 09 juin 2010

"France à vendre" : L'Etat va vendre 1 700 biens immobiliers du patrimoine national en trois ans


200px-saint-germain-en-laye_pavillon_muette.1276059663.jpg

L’Etat met en place un nouveau programme de cessions immobilières. Pour la première fois il s’agit d’un programme pluriannuel : il concernera 1 700 biens dans toute la France sur la période 2010-2013.

Ces ventes “résultent des importantes réformes administratives menées depuis 2007 (restructurations militaires, nouvelle carte judiciaire…)”, explique le ministère du budget. Elles seront affichées sur le site internet du ministère.

Depuis 2005, les ventes immobilières par l’Etat ont représenté “plus de 3 milliards d’euros”. En 2008 et 2009, ces cessions ont toutefois connu un rythme moindre (395 millions d’euros et 475 millions d’euros), le gouvernement n’ayant “pas souhaité donner suite à certaines cessions lorsque les prix étaient trop bas”.

Fin 2009, un peu plus de 400 sites avaient été cédés, sur un objectif de 770.

La vente du patrimoine de l’État “participe au redressement des finances publiques”, relève le ministère du budget qui précise que les opérations de cession “permettent d’apporter une contribution au désendettement correspondant, en règle générale, à 15 % du produit de la cession”. Cette contribution au désendettement a représenté 427 millions d’euros depuis 2005.

Source : http://bercy.blog.lemonde.fr/2010/06/09/letat-va-vendre-1-700-biens-immobiliers/#xtor=RSS-32280322

 

-------------------------------------------

A titre de comparaison, lisons ces quelques informations en commentaire : "la france se sera endettée en 2010 à hauteur de 200 milliards d’€ ( 150 M € pour l’Etat + 30 M € sécu + autres ) soit au rythme gigantesque de 20 millions d’€ PAR HEURE ( toutes les heures nous augmentons notre dette de 20 millions d’€ ) ===> soit 480 M € / 24 heures

il est écrit dans l’article que
“Cette contribution au désendettement a représenté 427 millions d’euros depuis 2005.”

427 millions d’€ ===>MOINS QUUNE JOURNEE DE DETTE ET ON BRADE LE PATRIMOINE IMMOBILIER DE LETAT" ... pour le remboursement d'une seule journée de dette ! De qui se moque-t-on ?

-------------------------------------------

Dans le même temps, nous apprenons que la conjonction du veillissement de la population et du déséquilibre des finances publiques place “la France sur une pente dangereuse d’endettement croissant. ... [S]i rien ne se passe, la dette dépasserait largement 100 % du PIB en 2020 et qu’à un tel niveau cela “pèserait sur la croissance et la confiance” explique Jacques Attali, dans le cadre de la "Commission pour la libération de la croissance", ...

Cette commission s’apprête à “proposer une stratégie de transformation de la société française pour les dix prochaines années” - ce qu’elle appelle “un socle commun de réforme” qui serait proposé à tout nouveau gouvernement. Elle rendra un rapport en ce sens fin juillet.

Source : http://bercy.blog.lemonde.fr/2010/06/08/la-commission-attali-veut-proposer-proposer-une-strategie-de-transformation-de-la-societe-francaise/

(Article publié sur le blog du Christ Roi: http://christroi.over-blog.com/ )

10:32 Publié dans Patrimoine | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 04 juin 2010

Réactions à la dégradation de l'abbaye Saint-Léonard de Corbigny


L’association « Des racines et des elfes » a décidé de s'engager aux côtés du Groupement de Défense du Patrimoine Corbigeois dans sa lutte contre la dégradation de l’abbaye Saint-Léonard de Corbigny.

Présente depuis le 9ème siècle sur les terres de Corbigny, remaniée au 18ème siècle, l’abbaye Saint-Léonard est le bâtiment emblématique de cette petite cité nivernaise de 1500 habitants. La population y est très attachée depuis fort longtemps. Cet attachement, pas plus que le classement aux monuments historiques dont elle fait l’objet, n’ont pourtant suffit à la protéger des dégradations perpétrées récemment par « l’artiste » Lauwrence Weiner, représentant majeur de l’art conceptuel (défense de rire) à la demande d’élus coupés du peuple.

Les habitants de Corbigny ont donc vu fleurir sur la façade et l’escalier intérieur du monument des cartouches colorés peints à la va-vite contenant des groupes de mots sans signification autre que celle tirée de l’esprit tourmenté de leur concepteur.

Cette affaire est révélatrice du mépris dans lequel une certaine nomenklatura tient la population française. Non contente d’imposer à tous sa vision pseudo-éclairée (et au fond déjà tellement ringarde) de l’art, celle-ci dilapide allègrement la richesse produite jour après jour par tout un petit monde de travailleurs qui, de leur côté, peinent toujours plus à joindre les deux bouts. Le saccage de l’abbaye Saint-Léonard a coûté 85.000 euros au contribuable qui, à son corps défendant, paticipe ainsi à son propre déracinement, à l’acculturation décidés d’en-haut [Ndlr: et j'ai envie de dire à son propre appauvrissement]

L’abbaye a été rebaptisée Abéicité, sans doute pour mieux faire admettre par les « esprits simples » sa complète désacralisation et sa nouvelle vocation de pôle de rééducation culturelle.

Le Groupement de Défense du Patrimoine Corbigeois, constitué en réponse à cette agression est déjà fort du soutien de 200 adhérents.

L’association "Des racines et des elfes" entend faire entendre la voix des sans-grades, ceux à qui l’on ne demande jamais rien, ceux qui sont tout juste bon à se faire « éduquer » par des élites autoproclamées, sûres d’elles et dominatrices. Et invite à signer et à faire signer dans son entourage la pétition initiée par le GDPC, afin d'apporter à cette campagne le retentissement le plus large, bien au-delà des frontières de la Nièvre.

Work for the Abbaye de Corbigny (blue)

"Cette intervention s’inscrit, désormais, au cœur même d’une architecture qu’on aurait pu considérer comme figée, à tout jamais", lit-on. Des abbayes inchangées depuis des siècles, emblèmes de l'éternité et du divin, contredisent le dogme matérialiste, évolutionniste et progressiste de la société "moderne", il faut donc les libérer !

Le Frac Bourgogne qui a acquis l'"oeuvre de l’artiste" Krijn de Koning, intitulée Work for the Abbaye de Corbigny (blue) produite pour l’Abbaye de Corbigny, a reçu le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication (Direction régionale des affaires culturelles de Bourgogne), du Conseil régional de Bourgogne et du Conseil général de la Côte d’Or. Cette acquisition a également reçu le soutien de la Ville de Corbigny...

Toujours cette volonté politique de marier la Révolution avec le catholicisme, la tradition avec la modernité..., ici l'art classique avec l'art contemporain, mélanger les deux, quitte au final à se retrouver avec un produit obligatoirement métissé, digne exemple des "moyens plus contraignants encore" sarkozistes, le tout rebaptisé "art de notre temps" (sic)...

Sources :

- http://www.desracinesetdeselfes.com/defendons-notre-patrimoine/

- http://www.lepayscorbigeois.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=57&Itemid=75

(Source: Christ Roi: http://christroi.over-blog.com/ )

12:44 Publié dans Patrimoine | Lien permanent | Commentaires (0)

Non aux mangas dans le château de Versailles


Les autorités du Domaine de Versailles continuent de bousiller la mémoire de ce haut lieu du patrimoine culturel français. Pour l'automne 2010 elles programment son "ouverture" à la scène contemporaine. Un programme que son président Jean-Jacques Aillagon qualifie de "consistant, diversifié et ambitieux". L'exposition la plus médiatique devrait être celle du plasticien japonais Murakami, qui sera l'invité du Château de Versailles du 12 septembre au 12 décembre.

Cet "artiste" pop travaille à partir de l'esthétique manga et présentera quinze créations, essentiellement des sculptures. Murakami "mélange l’art traditionnel japonais, le manga et le pop art avec une dose certaine de kitsch et de provocation, comme avec cette bimbo faisant sortir un tourbillon de lait de sa poitrine pantagruélique ou cet adolescent se caressant".

Auparavant, l'exposition "Jeff Koons Versailles" avait fait elle aussi fait débat.

Comme par hasard, Jean-Jacques Aillagon, le président du Domaine de Versailles, est un ancien salarié de l’homme d’affaires François Pinault, mécène principal de l’exposition et collectionneur de Koons et Murakami. Cette exposition se qualifiait elle-même de "clownesque et pleines d'allusions sexuelles". Un homard ketchup était suspendu par moquerie, tel un hareng, à la place du lustre historique dans le salon de Mars, dieu de la guerre, haut lieu des appartements royaux; la chambre de la reine Marie-Antoinette était ornée d'un grand vase de fleurs " empoisonnées " - les fleurs du mal - puisque ce bouquet de 140 fleurs, " très sexuelles et fertiles ", nous prévint Jeff Koons, provennaient de sa galerie de photos pornographiques " Made in heaven " (lire " enfer ").

Après le succès de l’action menée contre l'exposition Jeff Koons dans les Grands appartements royaux (dénoncée in fine par le Ministre de la culture lui-même), la Coordination Défense de Versailles lance sa deuxième campagne visant au retrait de l’exposition des Mangas de Murakami, annoncée pour l’automne 2010.

Placée sous la présidence d'honneur de SAR le Prince Sixte-Henri de Bourbon, une conférence-débat se tiendra à Versailles, sur l'avenir de la politique culturelle de ce joyau du patrimoine français.

Le triple scandale de l’art,  de l’argent et de la démocratie, excluant nos propres artistes au profit d’une  spéculation internationale toxique et du saccage du lieu de mémoire et du symbole de Versailles, sera décliné sur ses trois axes, avec les moyens – notamment juridiques – devant conduire au coup d’arrêt définitif d’une politique culturelle suicidaire pour l’image et les intérêts économiques de la France, comme pour notre art et nos artistes.

La conférence débat se tiendra au FOU DU ROY, 6 rue de la Chancellerie, Jeudi 10 juin 2010 de 20 à 23 h, et se prolongera,  pour ceux qui le souhaitent par un dîner autour de SAR le Prince Sixte-Henri de Bourbon.

Entrée libre pour la conférence. Pour participer au repas (26 euros), réservation jusqu’au 6 juin par courrier électronique à l’adresse  euclidien@orange.fr et téléphonique au  06 50 50 45 19.

(Source: Christ Roi: http://christroi.over-blog.com/ )

12:42 Publié dans Patrimoine | Lien permanent | Commentaires (0)