Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 27 mai 2016

le drapeau bleu-blanc-rouge frappé du Sacré-Cœur consacre le mariage contre-nature des catholiques avec la Révolution




 

cid:image237.jpg@01CFD6F7.D03A46A0

 
http://www.viveleroy.fr/IMG/arton151.jpg
S.Em. Cardinal Louis BILLOT (1846-1931
 
 
le drapeau bleu-blanc-rouge frappé du Sacré-Cœur consacre le mariage contre-nature des catholiques avec la Révolution
 
 
 
  … illusion et poison de « l’Union sacrée », de « l’union nationale »  :
 
L’Union sacrée
On se souvient de la thèse sans concession de Jean de Viguerie dans ses Deux Patries : 1914 marque l’adhésion des forces de droite au patriotisme révolutionnaire, piège dont ni l’A. F. ni la droite ne sont depuis sorties, scellant la mort de la France, ou plutôt sa survie comme une ombre et un mot creux, dans un patriotisme de malentendus et de faux-semblants. Une danse autour du cadavre de la France, conclut l’auteur. le patriotisme révolutionnaire, amour de la République, a vampirisé le patriotisme traditionnel qui était amour de la France. Le processus a servi d’instrument aux républicains et finalement à la gauche dans sa lutte politique intérieure. le patriotisme révolutionnaire a vocation à s’étendre au monde entier, parce que partout où règnent les Droits de l’homme et la république, là est la vraie patrie du républicain, la France du baptême du Fils aîné de l’Eglise ne serait-elle qu’une formulation historique limitée et passagère, vouée au dépassement ?  - non possumus -
Les catholiques ont versé à la guerre 14-18  un tribut de sang dont ils sont sortis affaiblis, la patrie révolutionnaire en est sortie renforcée dans des proportions considérables, les perspectives de restauration se sont éloignées plus en quatre ans de conflit qu’en plusieurs décennies précédentes. La guerre a servi la Patrie universaliste des Droits de l’homme.
Les catholiques français de 2016, s’ils tiraient les leçons de l’histoire de la France contemporaine, devraient se souvenir qu’ils sont les victimes, aujourd’hui  encore, de l’Union sacrée comme depuis le Concordat napoléonien de 1801 et les « Ralliement(s) » successifs des hommes d’Eglise aux Institutions politiques issues de la Révolution sanglante de 1789.
Les évêques, nommés par l’Etat, ont constitué depuis le XIXs un épiscopat docile que les catholiques ardents ont nommé, avec mépris, les préfets violets. (…)  
le reposoir des unités Europa...feront-ils mieux cette année?  SC France   Afficher l'image d'origine    Afficher l'image d'origine
 
les pèlerinages de Pentecôte à Chartres, les processions de la FETE-DIEU et les neuvaines pour la FRANCE, font resurgir dans l’actualité la question du drapeau avant la Fête, le 14 Juillet, de Saint Bonaventure –Docteur de l’Eglise –
15 août :  Fête de l’Assomption, et Fête nationale de la France depuis 1638.
Le roi de France, Louis XIII, pour proclamer sa reconnaissance ainsi que celle de tout son royaume à Marie après la naissance d'un héritier - le futur Louis XIV - et pour lui prouver sa confiance absolue, formule un vœu de consécration de lui-même, de sa famille et de la France, à Notre Dame de l'Assomption. Ce vœu a été publié sous la forme de l'édit du 10 février 1638 et prononcé le 15 août 1638.
______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
   
http://www.cineclubdecaen.com/peinture/peintres/michelange/pieta.jpg    cid:image073.jpg@01CFD6F7.D03A46A0    Louis XX devant le cénotaphe de Louis XVI à la basilique Saint-Denys  cid:image005.jpg@01CFD6F7.D03A46A0
     Nous rappelons, pour la France, que la seule solution viable et honnête est le rétablissement de la Monarchie Catholique, absolue et de droit divin,
   représentée par le seul héritier des rois qui ont fait la France, son souverain légitime : Monseigneur Louis de Bourbon, duc d’Anjou, aîné des Capétiens,
   de jure Sa Majesté Très Chrétienne le Roi Louis XX.
 
pas d’ « espoir et de salut de la France » sans la formation d’une minorité active de catholiques investis dans le temporel chrétien :
 
 
 

Les commentaires sont fermés.