Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 11 juillet 2013

Association du Souvenir de la Chouannerie du Maine

Association du Souvenir de la Chouannerie du Maine

V
Jacques Cathelineau
 
Vous êtes cordialement invités à notre traditionnelle journée du 14 juillet qui sera organisée à la mémoire du Chef vendéen, Jacques Cathelineau à l'occasion du 220ème anniversaire de son rappel à Dieu ce jour même.
 
 c S
10 h 30 La Chapelle Basse Mer
.
Messe traditionnelle célébrée par l'Abbé Loddé (FSSP) en la chapelle Saint-Pierre-des-Liens restaurée par Reynald Sécher 
                                       
13 h La Boissiére du Doré
Déjeuner tiré du sac près de l'Auberge des Brigands.


F
14 h 30 Saint Florent Le Vieil
Recueillement à la Chapelle Saint Charles (rue Jacques Cathelineau) où repose Jacques Cathelineau, le "Saint d'Anjou".

 F
15 h Saint Florent Le Vieil  
Sur l'esplanade de l'abbatiale, scènette à la mémoire de Jacques Cathelineau d'après un scénario de Jean Brochard jouée par "les Brigands du Bocage".

 F
15 h 30 Départ de l'excursion sur les lieux de mémoire.
 
 
Pour tous renseignements...ou, lors de la sortie, pour retrouver son "droit" chemin :
Tél. : 06 72 13 82 74 (Charles-Eric ROUSSEAU, Président) ou 06 09 79 84 45 (François de LA HARIE)
S
Durant la journée, François de LA HARIE dédicacera son ouvrage "Les vitraux vendéens, mémoire de lumière"



A VOIR

D Exposition "LES LYS ET LA REPUBLIQUE"

Du 15 Juin au 22 Septembre 2013, le Domaine national de Chambord consacre une exposition à l'un de ses grands personnages : le Comte de Chambord (1820 - 1883).
En 1871, l' Assemblée Nationale est monarchiste. Il suffit d'un mot au Comte de Chambord, dernier Bourbon de la branche ainée, pour monter sur le trône. On prépare la cérémonie.La France va- t- elle restaurer une monarchie constitutionnelle ? Le Prince est attaché à une monarchie traditionnelle avec son drapeau blanc. Mais certains attendent le drapeau tricolore, celui de la Révolution christianophe. Au bout d'un septennat d'attente, la France à majorité royaliste devient républicaine.
Au miroir du destin de " l'enfant du miracle " que célèbre Lamartine en 1820, c'est l'histoire mouvementée d'une France indécise qui, entre 1870 et 1875, hésite sur le choix de régime à adopter, les Lys où la République...
En exil, dans des palais de Grande-Bretagne, d'Autriche ou d'Italie, le prince vit dans l'espoir d'une restauration. Curieux de découvertes, il voyage en Europe et au Moyen-Orient pour construire un projet qu'il n'exprimera que partiellement dans une riche correspondance et des manifestes publiés. Absent et pourtant présent grâce à une propagande soutenue, il reste à la fois proche et lointain, et son souvenir hante les familles légitimistes bien après sa disparition sans postérité (Aujourd'hui encore...).
L'exposition sera également l'occasion de (re)découvrire l'histoire du château de Chambord et de son parc.
Plus de 250 oeuvres, documents et objets, provenant des collections de Chambord et de grandes institutions ou collectionneurs privés, seront exposés au sein du château.

NOUVEAUTE
X
Abbé Edgeworth de Firmont par le RP Augustin Pic, dominicain, docteur en théologie de l'université de Strasbourg, et enseignant en spiritualité à l'université catholique de l'Ouest (Angers). Par ailleurs, le RP Augustin Pic, op, célèbre la messe traditionnelle à l'abbatiale de la Roë (entre Craon et La Guerche de Bretagne) et à l'église paroissiale de la Selle-Craonnaise (entre Craon et Saint Aignan-sur-Roë). En fin d'année, le RP Augustin Pic animera notre prochain dîner-débat.

C
La "Petite Reine" en terre chouanne
Jeudi 11 juillet - Étape Fougères / Tours

Vers 13 h, le Tour passera à Saint-Ouën-des-Toits

A cette occasion, son site (http://www.letour.fr/le-tour/2013/fr/etape-12/sur-la-rout...) présente Jean Chouan et la Chouannerie.

Vue de la Closerie des Poiriers, maison de Jean Chouan
à Saint-Ouën-des-Toits © Franz53sda Km 31.5 : Saint-Ouën-Des-Toits

Population : 1700 hab.
Le nom du village apparaît en 1125. On parle alors de l'église de Saint Ouën, qui appartient à l'abbaye d'Evron. Puis au XIIe siècle, le territoire dépend du seigneur de Mayenne, qui le confie à son gendre Thibault de Mathefelon. Sous l'ancien régime, la seigneurie de Saint Ouën avait droit de justice et, jusqu'en 1770, les procès avaient lieu dans la salle de l'auditoire, à l'emplacement de la boulangerie actuelle.
On y cultive le lin et chaque mercredi a lieu un marché de fil important où les marchands tisserands du pays viennent s'approvisionner. Si la culture du lin occupe une grande partie de la population, le village est réputé pour être un repaire de faux-saulniers, spécialisés dans la contrebande du sel pour échapper à la gabelle, l'impôt le plus détesté de l'époque, imposée par les redoutés gabelous. Pendant la Révolution, le surnom d'un Saint-Ouënnais va entrer dans l'histoire. Il s'agit de Jean Chouan, de son vrai nom Jean Cottereau. Aux Poiriers, route du Bourgneuf, un musée est consacré à celui qui fut d'abord faux-saulnier avant de donner son nom à la chouannerie.

À VOIR

La Closerie des Poiriers
La Closerie des Poiriers est un lieu-dit situé sur la commune de Saint-Ouën-des-Toits, qui fut un lieu de vie de la famille Cottereau, dite Famille Chouan. C'est dans cette closerie que résida Jean Chouan, de son vrai nom Jean Cottereau, avec d'autres membres de la famille Cottereau, dite aussi la Famille Chouan. La closerie a été restaurée par la municipalité à l'identique de ce qu'elle fut probablement à l'époque de Jean Chouan pour devenir Le Musée de Jean Chouan et de la paysannerie du XVIIIe siècle.
Ce musée contribue à la connaissance de l'histoire de la Chouannerie du Bas-Maine et de la Révolution française ainsi que du mode de vie rural à cette époque.
Site internet : www.saintouendestoits.fr




NDLR : Les coureurs passeront au bout du chemin de la Closerie-des-Poiriers...peut-être que les hélicoptères filmeront aussi le bois de Misedon, le bois de Jean Chouan et de ses gars.   
Y'aura-t-il une échappée d'un coureur de la FDJ, l'équipe du mayennais Marc Madiot, avec un coureur d'Europcar, l'équipe vendéenne de Jean-René Bernaudeau ?

Le cyclisme est à l'origine un sport de paysans avec ses valeurs traditionnels de l'effort, du travail et de la solidarité. Contrairement aux "intouchables" que sont le football (sport de la "diversité") et le tennis (sport de "l'élite"), le vélo a la réputation d'être "franchouillard". Sur l'autel du mondialisme, il doit donc disparaître et pour cela on fait sa "réputation" avec les affaires de dopages...curieusement inexistantes dans les autres sports !

Les commentaires sont fermés.