Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 22 novembre 2010

Groupes réducteurs et noyaux dirigeants (IX)

 Paroles de démocrate

Sous la plume d’un célèbre démocrate, Marc Sangnier, nous trouvons les lignes suivantes. Elles paraissent particulièrement propres à définir ce que nous avons appelé les noyaux dirigeants, et que Sangnier appelle « centre d’attraction », ou « majorité dynamique ».

À ceux qui croyaient encore que la démocratie était le règne de la majorité, ce texte enlèvera sans doute leurs illusions. C’est bien le règne d’une minorité, une « infime minorité » même, nous précise candidement Marc Sangnier.

Il peut être utile aussi de rappeler que le Sillon fut condamné par l’Église, et mérita l’accusation de prétendre « construire la cité chrétienne sur les nuées » (Saint Pie X - Lettre sur le Sillon).

C’est donc bien un “prince des nuées” qui nous parle : Les mots soulignés le sont par nous.

Non seulement notre démocratie n’exige pas pour se mettre en route une unanimité de saints, elle ne réclame même pas une MAJORITÉ NUMÉRIQUE ; UNE MINORITÉ, peut être une INFIME MINORITÉ suffit. Je m’explique :

Les forces sociales sont en général orientées vers des intérêts particuliers, dès lors, nécessairement contradictoires et tendant à se neutraliser. Ce n’est pas ici que j’aurais besoin de faire ressortir comment de la divergence même des intérêts particuliers on déduit logiquement la nécessité d’un organe propre à défendre l’intérêt général qu’il serait puéril de considérer comme la somme des intérêts particuliers.

Il suffit donc que quelques forces affranchies du déterminisme brutal de l’intérêt particulier soient orientées vers l’intérêt général, pour que la résultante de ces forces, bien que numériquement inférieure à la somme de toutes les autres forces, soit pourtant supérieure à leur résultante mécanique.

Dès lors, si l’on trouve un CENTRE D’ATTRACTION capable d’orienter dans le même sens quelques-unes de ces forces qui se contrariaient et se neutralisaient, celles-ci pourront l’emporter et le problème sera résolu.

La démocratie apparaîtra toujours, au contraire, comme l’expression d’une orientation, le sens d’un mouvement. Plus il y aura de citoyens pleinement conscients et responsables, mieux sera réalisé l’idéal démocratique ; mais, pour commencer, il n’est pas besoin d’une MAJORITÉ NUMÉRIQUE, il suffit d’une MAJORITÉ DYNAMIQUE…. Marc Sangnier

Notes

[1] St. Thomas De principiis Naturae, Des principes de la réalité naturelle.

Source: Vive Le Roy

lundi, 08 novembre 2010

Le Nouvel Ordre Mondial (N.O.M.) veut la disparition de l'Eglise

Le Nouvel Ordre Mondial veut la disparition de l'Eglise

 

Une interviewe d'un prêtre et médecin argentin, spécialiste de l'ONU, qui met au jour les objectifs du Nouvel Ordre Mondial. Traduction de Carlota (2/10/2011) pour Benoît-et-moi.fr

 

Carlota

« Le Nouvel Ordre Mondial veut la disparition de l’Église Catholique » dit un spécialiste de l’ONU

Le prêtre et médecin argentin Juan Claudio Sanahuja, est responsable du portail internet catholique www.noticiasglobales.org ; ce site, créé il y a une douzaine d’années apporte des éléments clairs et fiables pour comprendre les thèmes visant à la promotion des « nouveaux droits » et de la « nouvelle éthique », dans un contexte de contestation de l’Église catholique et du successeur de Pierre, pour l’instauration d’un nouvel ordre mondial (NOM). Ce prêtre est devenu un spécialiste de l’ONU (dans le sens d’observateur de l’ONU).


Il a évoqué récemment le sujet avec le journaliste Luis Losada Pescador de l’hebdomadaire catholique espagnol Alba. L'interviewe donne un éclairage sur les oppositions anecdotiques mais largement relayées par la presse espagnole contre la venue du Pape en Espagne.
Durant son très court prochain voyage en Espagne, Benoît XVI va rencontrer, comme c’est la coutume, les responsables politiques et le « leader » actuel du parti d’opposition (qui, alors qu’il était au pouvoir n’a pas vraiment montrer sa volonté de défendre certaines valeurs). Sauront-ils l’écouter un petit peu ?

Original de l’article
ici .

 

La traduction de Benoît-et-moi.fr :

 

« Le Nouvel Ordre Mondial recherche la disparition de l’Église Catholique » dit un spécialiste de l’ONU, qui étudie depuis des années ce qu’on appelle le Nouvel Ordre Mondial (NOM), et l’intention que poursuivent les agences de l’Organisation des Nations Unies de chambouler l’ordre naturel.
-------------------


- L’unique ennemi de l’idéologie du "genre " est l’Église qui affirme de façon catégorique des vérités en opposition totale avec la nouvelle idéologie, et la nouvelle éthique sans principes ni valeurs immanentes et immuables. L’éthique chrétienne est incompatible avec les nouveaux paradigmes de la NOM et la déclaration de Benoît XVI sur les principes non négociables est un défi pour les lobbies féministes, homosexuels et pro-avortements.

Question : Quel est le lobby le plus dangereux ?
Réponse : Le lobby gay, qui agit à l’intérieur de l’Église.

Q : Le gouvernement espagnol se présente lui-même comme le meilleur élève en ce qui concerne la promotion du mariage homosexuel (ndt: sans guillemet pour rester dans l’esprit du gouvernement espagnol qui a permis sa promotion), de l’avortement et de l’Alliance des Civilisations.
R : Il s’agit de thèmes géopolitiques qui étaient déjà dans le cadre international avant Zapatero (ndt: au pouvoir en Espagne depuis 2004). Mais il y a une différence entre une ONG ou une directive politique d’un organisme international, et une suggestion politique de l’Espagne, qu’on ne voit pas (ndt : en Argentine, plus largement pour les pays de l’ancien empire espagnol, et d’une manière générale toute l’Amérique latine) comme les centres du pouvoir anglo-saxon.

Q: On la voit comme la mère patrie.
R : Bon, c’est un concept un peu passé de mode, mais comme un pays ami, oui, et qui a beaucoup d’affinités avec nous. Et si l’Espagne le fait, pourquoi pas nous ?

Q: L’ONU a donné l’impulsion à des politiques pro-avortements, féministes et roses (ndt : dans le sens homosexualité). Pensez-vous qu’il soit préférable de les améliorer, ou bien de les annuler ?
R : Nous devons participer, parce qu’on ne peut pas abandonner des domaines entiers sans essayer d’y avoir une influence, même s’ils ont été créés par l’ennemi. Cela oui, mais en faisant attention à ne pas être des complices.

Q: Par exemple?

R : En donnant notre consentement à des choses qui paraissent inoffensives, mais qui ont un fond et un message pervers. Les fameux euphémismes (ndlr : la « novlangue »).

Q: Pourquoi cette pression pour faire sortir de le Saint Siège des Nations Unies? (ndlr : qui n’y est, il me semble, qu’à titre d’ « observateur »).
R : Parce qu’il complique la tâche des pays qui veulent imposer des politiques déterminées. Face à la contraception, à l’avortement, la perversion des droits humains, le Saint Siège est un obstacle.

Q : Venons-en à l’avortement. Il y en a qui considèrent que le terme « santé sexuelle et reproductive » est un terme qui peut être racheté, bien qu’il ait toujours été utilisé à la façon d’un euphémisme, comme synonyme d’avortement.
R : On n’a jamais pu donner un sens "bon" au terme santé reproductive. Il est né comme euphémisme pour "contraception" et même "avortement chimique". La santé sexuelle est venue après et au Canada non plus, on n’a pas dit clairement que la santé sexuelle et reproductive inclut l’avortement.
(..)
Q: Parlons des nouveaux droits, les droits dits de seconde ou troisième génération. C’est toujours cette tentative des tenants du progrès d’étendre leur idéologie, mais n’y a-t-il rien qui puisse être sauvé ?
R: Parmi les huit Objectifs du Millénaire pour le Développement, il y en a deux qui font référence au genre et à la santé sexuelle et reproductive, clairement anti-vie. Mais les autres aussi, parce qu’ils s’interprètent tous selon une explication féministe, abortive ou de culture de mort.

Q: Pourquoi tout le monde s'est-il rallié aux Objectifs du Millénaire?
R : Une minorité, par complicité; la majorité parce que c’est politiquement correct, c’est ce que commande la mode.

Q : Les théories du genre sont-elles la dernière rébellion contre Dieu?
R : Cela dépend de la part de qui. Dans le cadre des Nations Unies, c’est une rébellion ouverte contre Dieu. Mais pour la majorité c’est quelque chose qui est une marque de notre temps.

Q: Oui, mais ce ne sont pas ceux-là qui l’inscrivent sur leur agenda.
R : Non, pour ceux qui l’inscrivent sur leur agenda, la destruction de l’Église Catholique est un impératif parce qu’elle est l’unique frein.

Q: Changeons de façon d’aborder le sujet. Croyez-vous que la nouvelle religion mondiale prétende substituer au Décalogue un nouveau paradigme éthique ?

R : Oui. Une religion du subjectivisme, du relativisme qui combat tout type de vérité non négociable. Et ils infiltrent les religions. L’Église Catholique aussi. (ndt on peut supposer que cet homme nouveau, homme des mode et des suggestions variées, sera aussi un très malléable homo economicus, enfin tant qu’il existera sur terre, car cela n’aura qu’un temps, ne serait-ce que par l’extinction contraceptive de cette matière première, actuellement recherchée par ce nouvel ordre mondial émanation de la Supérieure Classe Sociale).

Q: Terminons avec l’avenir. Qu’est-ce qui va nous arriver?
R : Une persécution de l’Église Catholique ou des derniers de ceux qui resteront fidèles à la doctrine de l’Église. Pour le Nouvel Ordre, la disparition de l’Église Catholique est un impératif.

Q: Croyez –vous que l’Église est prête pour cette bataille?
R : Humainement je crois qu’une grande partie de l’Église n’est pas prête pour cette bataille. Mais l’Église est avant tout l’Épouse du Christ, et une réalité surnaturelle. C’est pourquoi le nombre de fidèles et de hautes autorités préparés pour la bataille importe peu. Ce que nous savons c’est que nous finirons par gagner, car le triomphe est promis.

 

Source: http://benoit-et-moi.fr/2010-III/0455009e0207c0b02/0455009e24080ba01.html

 

- "Nous sommes entrain d’assister à l’émergence d’un droit international tyrannique" (Mgr Schooyans)

- Mgr Lefebvre sur le gouvernement mondial (19 novembre 1989)

 

Source: Christ Roi

Groupes réducteurs et noyaux dirigeants (VIII)

 

 ANNEXES

 Introduction aux annexes

Nous avons essayé, dans les lignes qui ont précédé, d’analyser des mécanismes sociologiques qui président, dans tous les domaines, au fonctionnement de la plupart des groupes contemporains.

Cette démonstration est volontairement limitée à son essentiel ; elle n’est donc assortie que des exemples généraux indispensables à sa compréhension, un peu comme celle d’un théorème de géométrie.

Néanmoins, tout comme en mathématiques, il reste à faire les applications pratiques, les problèmes et exercices permettant de posséder et d’utiliser pleinement le théorème étudié.

Cet effort d’application, en général, ne peut être que personnel. Il sera d’autant plus facile que l’expérience sociale du lecteur sera plus grande. Les réactions de nombreux lecteurs nous l’ont déjà démontré.

  • Tel religieux, témoin de la dégradation de son ordre depuis quelques années, s’est écrié après avoir lu ces lignes : « l’auteur ne peut être qu’un de mes confrères… »
  • Tel membre de l’administration s’est écrié : « Ce texte est une analyse critique spécialement conçue par un haut fonctionnaire qui, comme moi, est écœuré par le fonctionnement occulte du Groupe d’Étude et de Recherche auquel je suis contraint de participer… »
  • Tel ingénieur conseil spécialisé dans les problèmes de formation a conclu : « Cet essai a pour but de critiquer les ravages sociaux de la Dynamique de Groupe que l’on m’oblige à employer ».
  • Etc. Etc.

Le Champ d’application des règles précédentes est en effet très vaste. C’est pourquoi il nous a paru utile de donner ci-après une liste de secteurs de recherches. Chaque lecteur pourra y trouver son compte.

Après quoi, quelques annexes nous ont paru utiles. Celles-ci comportent des textes, des citations, et quelques applications plus particulières ou pratiques.

Notre souhait le plus cher, est que cet effort soit prolongé, dans toutes les directions, par des hommes de bonne volonté que ce modeste travail aura pu intéresser. S’il plaît à Dieu …

Liste non exhaustive des secteurs possibles d’application des lois sociologiques des groupes réducteurs, pouvant donner lieu à des annexes.

  • Action Catholique
  • Forum de discussion sur le Web
  • Bureaux, Bureau - Paysage
  • Cellule de parti politique
  • Chambrée militaire
  • Classe non-directive
  • Club idéologique (Jean Moulin, Jacobins)
  • Club d’influence ( Rotary, Lyons)
  • Club de loisirs ( Club Méditerranée )
  • Comité d’entreprise
  • Concile
  • Conférences
  • Convents et loges
  • Coopératives
  • Couvent religieux
  • Délégués du personnel
  • Équipes sacerdotales
  • Famille égalitaire
  • Manifestations
  • Milieux sociologiques informels
  • Parlements
  • Pédagogie non-directive
  • Recyclages professionnels
  • Séminaires de prêtres
  • Syndicats
  • Synode, conciles, symposiums
  • Technique non-verbales
  • Technocratie
  • … etc.

 Les trois formes d’oppression

La clairvoyance sobre et concise de ce texte de Cochin, ainsi que sa reprise de la célèbre devise dont les mots clés ont été pris pour plan du début de notre étude, nous ont déterminé à le reproduire ici. Les mots soulignés le sont par nous.

Les trois formes d’oppression qui répondent aux trois états des sociétés de pensée ne sont pas un effet du tempérament des individus, un hasard, mais la condition de l’existence même de sociétés qui posent en principe la liberté absolue dans l’ordre intellectuel, moral et sensible.
  • Toute société de pensée est oppression intellectuelle par le fait même qu’elle dénonce en principe tout dogme comme une oppression. Car elle ne peut, sans cesser d’être, renoncer à toute unité d’opinion. Or une discipline intellectuelle sans objet qui lui réponde, sans idée, c’est la définition même de l’oppression intellectuelle.
  • Toute société d’égaux est privilège par le fait même qu’elle renonce en principe à toute distinction personnelle ; car elle ne peut se passer d’unité de direction. Or une direction sans responsabilité, le pouvoir sans autorité, c’est à dire l’obéissance sans respect, c’est la définition même de l’oppression morale.
  • Toute société de frères est lutte et haine par le fait qu’elle dénonce comme égoïste toute indépendance personnelle : car il faut bien qu’elle lie ses membres les uns aux autres, qu’elle maintienne une cohésion sociale. Et l’union sans amour c’est la définition même de la haine.

Augustin Cochin, Réflexion ( 1909 )

Notes

[1] St. Thomas De principiis Naturae, Des principes de la réalité naturelle.

Source: Vive Le Roy