Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 25 juillet 2010

Philippe le Bel et Boniface VIII (II)

Du côté maçonnique et ésotérique que reproche-t-on à Philippe le Bel ?

Une seule chose : la destruction de l’Ordre du Temple. Pourquoi ? Qui étaient les Templiers ? Que représentent-ils pour un franc-maçon d’aujourd’hui, pour ses compagnons de route ?

Bref rappel sur l’histoire de l’Ordre du Temple

Là encore, reportons-nous quelques siècles en arrière…

En 1118, à l’époque triomphante du royaume de Jérusalem, le Champenois Hugues de Payens, Geoffroy de Saint-Omer et sept autres chevaliers proposent au roi Baudouin II de mettre à sa disposition, sous la forme d’un ordre militaire et religieux, une troupe permanente. Cette troupe se donne pour mission d’assurer aux pèlerins la liberté des routes et tient quartier dans une partie du palais royal, qu’on appelle, alors, le Temple de Salomon.

En 1128, Hugues de Payens se rend au concile de Troyes, où il fait solennellement approuver son Ordre. Quelques années après, saint Bernard confie, à son secrétaire Michealensis, le soin d’adapter à cette vie guerrière la règle bénédictine…

Le 13 octobre 1307, au matin, le Grand Maître du Temple, Jacques de Molay est arrêté à Paris.

Le 22 mars 1312, par la bulle Vox in excelso [10], le pape Clément V supprime l’Ordre du Temple.

Le 11 mars 1314, le cardinal d’Albano, deux autres cardinaux et l’archevêque de Sens, mandatés par le pape, condamnent à la prison perpétuelle le Grand Maître des Templiers, le Visiteur de France et les Commandeurs d’Aquitaine et de Normandie. Jacques de Molay et Geoffroy de Charnay, Commandeur de Normandie, au lieu de confesser publiquement leurs fautes, rétractent leurs aveux. Relaps, selon le droit de l’époque, ils sont, alors, remis, par les cardinaux, au prévôt de Paris qui les fait brûler par ordre du roi.

Le Temple, un ordre turbulent

On croit généralement que la persécution qui fond sur eux, le 13 octobre 1307, est subite, inattendue, foudroyante, et doit, sans conteste, être regardée comme le résultat d’un concert intéressé entre le pape et le roi de France. Il n’en est point ainsi ! Il y a longtemps que nombre de princes chrétiens se plaignent de l’attitude des Templiers et que les yeux de la cour de Rome sont ouverts sur les désordres des chevaliers ! Quelques faits…

  • En 1172, le roi Amaury de Jérusalem est contraint de prendre d’assaut la résidence du Grand Maître, pour incarcérer l’assassin d’un ambassadeur ismaïlien qu’il venait de recevoir et que les Templiers avait massacré, lui et son escorte. Décidé à demander au pape la suppression de l’Ordre, la mort l’empêchera de mener à bien son projet…
  • En 1200, le pape Innocent III reçoit la plainte de Léon Ier, roi d’Arménie, contre les Templiers qui ont envahi et ravagé sa terre.
  • Les Templiers trahissent l’empereur Frédéric III qui vient de reconquérir la Terre Sainte et cherchent à le faire assassiner par les infidèles [11].
  • En Syrie, saint Louis fait mettre à genoux devant lui, en présence de tous les barons, le Grand Maître Renaud de Vichière, pour avoir engagé, à son insu, des négociations politiques et financières avec le sultan de Damas…
  • Les Templiers ont refusé de participer à la croisade contre les Albigeois…

En 1272, le concile de Salzbourg propose de réunir le Temple à l’Hôpital. Grégoire X, dès l’année suivante, et Nicolas IV, en 1289, travaillent à ce projet dans le but avoué de réformer à la fois les deux Ordres…

Quels sont les griefs relevés dans le procès contre l’Ordre ?

En premier lieu, la pratique d’une initiation secrète, accompagnée du reniement du Christ et de l’adoration d’une idole à tête d’homme, le Baphomet, transcription pour certains de Mahomet, pour d’autres du “baptême du feu” alchimique.

Les procédures commencées en France sont, d’abord, déclarées nulles par le pape, le roi de France n’ayant pas le droit de juger les chevaliers qui ne relèvent que de Rome. La commission pontificale, alors mandatée, conclut à la véracité des accusations après des interrogatoires qui, eux, contrairement aux tribunaux civils de l’époque, ne pratiquent pas la torture. En Angleterre, en Sicile, à Naples, à Florence, dans les États de l’Église, l’enquête poursuivie pendant deux ans établit la culpabilité, sinon de la plupart des chevaliers, au moins d’un très grand nombre.

Les biens du Temple, fort importants, sont remis à l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem [12], conformément à la bulle pontificale adressée au roi de France et datée du 16 mai 1312 [13].

Les historiens sérieux et impartiaux admettent, aujourd’hui, que, si la totalité de l’Ordre ne fut certainement pas gangrenée, une partie, qu’il est difficile de dénombrer, contaminée par les Cathares [14] et l’Orient, était bel et bien hérétique, manichéenne et, probablement, satanique.

Que vient donc faire la mouvance maçonnique et ésotérique dans cette histoire ?

L’universalité du Temple fit sa faiblesse ; sa richesse provoqua sa ruine ; sa doctrine, son ésotérisme, son “secret” servirent à sa destruction. Mais son esprit demeura, repris par les fraternités médiévales, par les groupes rosicruciens, par les sociétés de pensée, par les sociétés secrètes de nos jours ; l’idéal du Temple, l’ésotérisme de son but demeurent vivants. Peu importe que la succession matérielle ne soit pas assurée par des investitures rituéliques ; l’esprit demeure et l’idée templière appartient incontestablement aux grands courants de pensée qui secouent encore parfois le monde moderne…

J. Marquès-Rivière : Histoire des Doctrines Ésotériques, Payot édit. , p. 278.

De fait, la mouvance maçonnique et ésotérique revendique, à tort ou à raison, la filiation templière et Philippe le Bel a attisé pour les siècles la haine des initiés contre sa dynastie et sa religion.

Quelques exemples…

  • L’une des épreuves de la Franc-Maçonnerie, avant la Révolution, consistait à faire opérer au dignitaire maçonnique l’exécution en effigie d’un roi de France sur un mannequin représentant Philippe le Bel [15] …
  • Chacun sait que Louis XVI fut enfermé au Temple. Mais, ce que l’on ne sait généralement pas c’est que, après avoir repoussé le choix de l’Hôtel de la Chancellerie, l’Assemblée avait décidé d’enfermer les “otages” dans le Palais du Luxembourg. Manuel, procureur de la Commune, refusa, arguant les facilités d’évasion que procurerait la présence de souterrains, et proposa le Temple. Mais, pour les députés comme pour le roi, le Temple, c’était le Palais du Grand Prieur, construit par Mansard et résidence princière. Pour la Commune, c’était le fameux donjon carré qui avait servi aux Templiers de trésor et de dépôt d’archives ! On connaît le cri qui s’éleva du milieu de la foule le 21 janvier 1793 : « Jacques de Molay, tu es vengé » . Mais, peut-être n’est-il pas historique…
  • Au XIXe siècle, les carbonari faisaient le serment de travailler au renversement des Bourbons et du Pape…
  • De nos jours [16], les fils de maçons américains sont enrégimentés sous la bannière de DeMolay, en souvenir du dernier Grand Maître de l’Ordre du Temple. Cette importante organisation, l’Ordre International de DeMolay, a été fondée en Amérique en 1919. Y adhèrent les “Lowtons” [17] âgés de 13 à 21 ans. Des personnalités connues ont, tout jeunes, sucé le lait de la louve maçonnique et appartenu à l’Ordre DeMolay : des acteurs célèbres comme John Wayne, des dessinateurs comme Walt Disney, des astronautes comme Franck Borman et Vance Brand, des politiciens comme le président Bill Clinton…

Que la filiation soit réelle ou inventée, la Franc-Maçonnerie se veut héritière du Temple !

Notes

[10] « Clément, évêque, serviteur des servireurs de Dieu,… Une voix a été entendue dans les hauteurs, voix de lamentation, de deuil et de pleurs… Nous supprimons par une sanction irréfragable et valable à perpétuité, non sans amertume et sans douleur dans le cœur, l’ordre des Templiers, son état, son costume et son nom… Donné à Vienne, le XI des calendes d’avril, de notre pontificat la septième année. »

[11] Mathieu PARIS, à l’année 1229, t. III, p. 417 de la trad. Huillard-Bréholles.

[12] Appelé, aujourd’hui, “Ordre de Malte”.

[13] Une bulle identique, portant la même date, est adressée au roi d’Angleterre.

[14] De nombreux Cathares avaient été placés en manière d’expiation dans l’Ordre du Temple.

[15] Cf. J.C. Lozac’hmeur et B de Karer : De la Révolution, Édit. Ste Jeanne d’Arc, 1992.

[16] Cf. Henry Coston. Monde et Vie - 7 avril 1994 - N° 563.

[17] Le terme “lowton” ou “louveton” ou “louveteau” désigne un fils de franc-maçon qui a reçu le “baptême” maçonnique au cours d’une cérémonie en loge.

Source: Vive Le Roy

Les commentaires sont fermés.