Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 15 juin 2010

Henri Comte de Paris (1908-1999) ou la tradition orléaniste (VII)

L’avenir appartient au prince légitime : le Duc d’Anjou

Double paradoxe :

  • la politique des princes d’Orléans a toujours constitué la meilleure propagande des légitimistes ;
  • la passivité ou la timidité de la branche aînée a permis la durée de l’usurpation orléaniste.

Il est pourtant possible de sortir de l’ornière. Grâce au Comte de Paris qui aura poussé jusqu’à ses ultimes conséquences la logique de son système, l’orléanisme se meurt.

L’avenir du royalisme français appartient au Duc d’Anjou, désormais débarrassé de l’hypothèque espagnole. C’est à lui qu’il incombera, et à ses fils après lui, s’il plait à Dieu, de relever l’espérance. Les royalistes français peuvent et doivent aider ce jeune prince qui a eu, à ce jour, le mérite de se garder avec une sage prudence, de toute initiative intempestive. Il avait devant lui un néant politique. Le nom qu’il porte, dont il sait tout le poids, lui interdisait les aventures ridicules ou folkloriques. Cette réserve, qui n’est ni scepticisme, ni renoncement, le laisse intact pour l’heure du destin.

L’orléanisme a souhaité rompre avec la tradition pour se faire accepter de la démocratie ; la monarchie légitime garde pour tâche et mission de rompre avec le conformisme de la démocratie moderne afin de renouer avec la tradition et les sources vives d’une doctrine créatrice.

Guy Augé

(Source: Vive Le Roy)

14:32 Publié dans Monarchie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.