Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 04 juin 2010

Non aux mangas dans le château de Versailles


Les autorités du Domaine de Versailles continuent de bousiller la mémoire de ce haut lieu du patrimoine culturel français. Pour l'automne 2010 elles programment son "ouverture" à la scène contemporaine. Un programme que son président Jean-Jacques Aillagon qualifie de "consistant, diversifié et ambitieux". L'exposition la plus médiatique devrait être celle du plasticien japonais Murakami, qui sera l'invité du Château de Versailles du 12 septembre au 12 décembre.

Cet "artiste" pop travaille à partir de l'esthétique manga et présentera quinze créations, essentiellement des sculptures. Murakami "mélange l’art traditionnel japonais, le manga et le pop art avec une dose certaine de kitsch et de provocation, comme avec cette bimbo faisant sortir un tourbillon de lait de sa poitrine pantagruélique ou cet adolescent se caressant".

Auparavant, l'exposition "Jeff Koons Versailles" avait fait elle aussi fait débat.

Comme par hasard, Jean-Jacques Aillagon, le président du Domaine de Versailles, est un ancien salarié de l’homme d’affaires François Pinault, mécène principal de l’exposition et collectionneur de Koons et Murakami. Cette exposition se qualifiait elle-même de "clownesque et pleines d'allusions sexuelles". Un homard ketchup était suspendu par moquerie, tel un hareng, à la place du lustre historique dans le salon de Mars, dieu de la guerre, haut lieu des appartements royaux; la chambre de la reine Marie-Antoinette était ornée d'un grand vase de fleurs " empoisonnées " - les fleurs du mal - puisque ce bouquet de 140 fleurs, " très sexuelles et fertiles ", nous prévint Jeff Koons, provennaient de sa galerie de photos pornographiques " Made in heaven " (lire " enfer ").

Après le succès de l’action menée contre l'exposition Jeff Koons dans les Grands appartements royaux (dénoncée in fine par le Ministre de la culture lui-même), la Coordination Défense de Versailles lance sa deuxième campagne visant au retrait de l’exposition des Mangas de Murakami, annoncée pour l’automne 2010.

Placée sous la présidence d'honneur de SAR le Prince Sixte-Henri de Bourbon, une conférence-débat se tiendra à Versailles, sur l'avenir de la politique culturelle de ce joyau du patrimoine français.

Le triple scandale de l’art,  de l’argent et de la démocratie, excluant nos propres artistes au profit d’une  spéculation internationale toxique et du saccage du lieu de mémoire et du symbole de Versailles, sera décliné sur ses trois axes, avec les moyens – notamment juridiques – devant conduire au coup d’arrêt définitif d’une politique culturelle suicidaire pour l’image et les intérêts économiques de la France, comme pour notre art et nos artistes.

La conférence débat se tiendra au FOU DU ROY, 6 rue de la Chancellerie, Jeudi 10 juin 2010 de 20 à 23 h, et se prolongera,  pour ceux qui le souhaitent par un dîner autour de SAR le Prince Sixte-Henri de Bourbon.

Entrée libre pour la conférence. Pour participer au repas (26 euros), réservation jusqu’au 6 juin par courrier électronique à l’adresse  euclidien@orange.fr et téléphonique au  06 50 50 45 19.

(Source: Christ Roi: http://christroi.over-blog.com/ )

12:42 Publié dans Patrimoine | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.