Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 18 juin 2009

La Gnose, mère de toute hérésie

Le Docteur Dor nous met en garde contre la Gnose, mère de toute hérésie. (SOS Tout Petits Actualités, n°17, mai 2008).

« L’idéologie de la culture de mort a un nom: la Gnose. La voici: plus qu’un péché, elle est le péché, celui de l’ange avant celui de l’homme, péché contre 1’ Esprit d’amour et de vérité. Elle se confond avec le péché originel et le « mystère d’iniquité » dont parle saint Paul (II Thess 2, 7) à « l’oeuvre dès maintenant ». Mère des hérésies elle se cache et ce qu’elle cache, ou plus exactement, celui qu’elle cache est l’Ange déchu. La Gnose, du grec «gnosis »: connaissance, se présente comme une transcendance réservée à des initiés, connaissance ésotérique des pensées divines. Au jardin d’Eden, Dieu avait défendu à nos premiers parents de prendre du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, sinon ils mourraient. «Pas du tout  dit le serpent à Eve, et par elle à toute l’humanité — si vous en prenez, vous serez comme des dieux connaissant le bien et le mal ». La Gnose prend le parti du serpent et se met à son service, à l’affût de notre concupiscence, de toutes nos faiblesses et nos limites: erreur, ignorance, superstition, angoisse, souffrance, mort. Elle préexiste dans la sorcellerie, le culte des idoles et les sacrifices humains, mais prend toute sa force avec la Révélation et l’Incarnation, en se dressant contre elles.  Gnose juive avec la kabbale, mélange d’interprétation des Ecritures et d’ésotérisme babylonien, égyptien, grec, romain. Gnose chrétienne dès le début de notre ère avec Simon le magicien, contemporain des Apôtres. Au Moyen Âge: catharisme et nominalisme. Elle est présente à la Réforme (libre examen). Elle se restructure lorsque les Rose-croix — adeptes de la Kabbale — fusionnent avec les franc-maçons qui, d’opératifs deviennent spéculatifs (Londres, 24 juin 1717). Elle a prospéré au siècle des Lumières: philosophes, loges maçonniques, Illuminati. Elle a culminé avec la Révolution française, mère des révolutions déicides, elle n’a jamais été aussi actuelle. Enfin, mère des hérésies, elle n’est pas étrangère aux religions qui, ayant connu l’Incarnation, l’ont rejeté: le judaïsme, l’arianisme, le nestorianisme auquel a succédé l’islamisme.
Il semble que toute la Gnose soit là: le refus de l’Incarnation, de ce qui l’a précédé et ce qui la suit: l’Église. Elle ne supporte pas que Dieu donne son salut et encore moins qu’il s’offre lui-même. Le péché — dit le père Varillon — est de prendre Dieu et non de le recevoir. Tout est inversé: Dieu n’est plus Dieu et l’homme se fait Dieu contre Dieu qui s’est fait homme. », « La Gnose a tout envahi: la science en lui donnant toute liberté, les finances, l’économie. La République est sa chose: justice, enseignement, santé, partis, syndicats. Les Comités d’Éthique ne lui refusent rien. », « Elle est là au quotidien avec les médias, elle est dans les esprits. Le politiquement et le religieusement correct c’est elle. L’ Église de France est prisonnière mais elle l’est surtout d’elle-même. Elle règne dans les instances et les organisations internationales: ONU, OMS, UNESCO, IPPF — l’organisme le plus meurtrier que le monde ait jamais connu — Ses relais sont le CFR (Council  of Foreign Relations), le groupe Bilderberg, la Trilatérale, le club de Rome. Le rapport Kissinger destiné au tiers monde, c’est elle. Elle est l’organisatrice des conférences de Rio, du Caire, de Pékin. », « Visiblement s’installe un nouvel ordre mondial: le « novus ordo seclorum» du dollar américain, et un gouvernement mondial. Peut-on imaginer un corps sans tête? Mais qui connaît les hauts initiés et au-delà? Comment imaginer les tentacules sans la pieuvre? Comment ne pas voir le complot? Il existe dès la Genèse. Il y a bien deux Cités: celle de Dieu et celle de Satan. La victoire, on le sait, appartient à un petit enfant dans les bras de sa mère: l’Enfant-Dieu et la Vierge Marie, celle qui, de son talon, écrase la tête du serpent. »

Pour aller plus loin, nous vous conseillons les livres suivants:

- Abbé Meinvieille , "De la Cabale au progressisme", (Editions Saint Rémy)

- Etienne Couvert, "De la Gnose à l'oeucuménisme", (Editions de Chiré)

- Etienne Couvert, "La Gnose contre la Foi", (Editions de Chiré)

- Etienne Couvert, "La Gnose universelle", (Editions de Chiré)

- Etienne Couvert, "La Gnose en question", (Editions de Chiré)

- Jean Vaquié, "Le Retour offensif de la Gnose", (Lecture et Tradition)

- Jean Vaquié, "Occultisme et Foi catholique, les principaux termes gnostiques" (AFS)

Ainsi que la collection complète des Cahiers de la Société Barruel, disponible sur le lien suivant: http://www.virgo-maria.org/D-Gnose-et-Contre-Eglise/Cahie... (ATTENTION!, Il s'agit d'un site sédévacantiste)

00:11 Publié dans Gnose | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.